vendredi 23 avril 2010

La fausse suivante - Bouffes du Nord


Mercredi, avec une collègue, nous sommes allées voir "La fausse suivante" au théâtre des Bouffes du Nord. Une pièce de Marivaux mise en scène par (le beau) Lambert Wilson.

Le théâtre est un peu décrépit, mais il est quand même bien beau et les premiers fauteuils sont sur la scène (et non en contrebas). Idéal pour suivre de près le jeu des acteurs !

Le jeu des acteurs vaut vraiment le coup, notamment celui de Christine Brücher, qui joue le rôle de la Comtesse.

L'histoire est celle d'une femme qui découvre que 1) son fiancé fréquente une autre femme, 2) qu'il n'est attiré que par son argent. Pour le démasquer, elle se déguise en homme et va séduire  l'autre femme.
La fable est grinçante, les répliques étincelantes !

A voir donc !

La rupture - concours de nouvelles

Il y a quelques semaines, j'ai participé à un concours de nouvelles dont le thème était "La rupture" en 1500 à 5000 signes.

Je n'ai pas gagné (sinon, vous en auriez entendu parler bien avant, vous pensez bien !), mais voici la nouvelle gagnante :
http://www.arte.tv/fr/mouvement-de-cinema/Les-Invincibles/3131864.html

J'avoue que je ne suis pas emballée par ce texte.
Et vous, qu'auriez-vous écrit ?

Voilà le texte de ma nouvelle :
Le premier samedi du mois - La rupture chronique

Comme chaque premier samedi du mois, elle me demanda « Veux-tu que l’on rompe ? »

Cela avait commencé comme un jeu entre nous, à notre troisième rendez-vous.
« Veux-tu que l’on rompe ?»
D’abord la surprise de cette question, puis, à ma réponse négative, son sourire et son « Moi non plus, alors, continuons ! »

Cette proposition mensuelle de rupture nous permettait de faire le point sur notre relation, nos sentiments, notre attachement mutuel.
Notre vie amoureuse était faite de rendez-vous amoureux, de voyages, de projets. Elle embellissait chaque saison.
Et sa proposition revenait chaque mois, tous les premiers samedis.
L’idée de pouvoir tout arrêter si le Cœur n’y était plus, voilà qui nous donnait une réelle liberté et nous stimulait.

Mais, au fil du temps, cette liberté est devenue effrayante.
Et si sa réponse était un jour positive ? Et si demain, elle me quittait ?
Le doute était là.

Il finit par prendre toute la place en moi, à occuper mon esprit jour et nuit. Je luttais contre cette invasion insidieuse en multipliant les occasions d’être ensemble. Carte d’abonnement « couple » à la piscine, cours d’histoire de l’art pour nous deux, je faisais tout pour renforcer les liens entre nous.

Malgré cela, je n’arrivais pas à me rassurer.

Ce samedi là, pour me libérer de cette perpétuelle remise en question de notre amour, pour me libérer de la peur d’être quitté, j’ai décidé de répondre « Oui ».

A son air triste, j’ai compris qu’elle avait pressenti cette réponse et que je la décevais.

« Pourquoi ? »
Parce que je n’en peux plus de cette question. Si elle était libératrice aux prémices de notre relation, elle est aujourd’hui source de trop d’incertitude.
« Tu veux que j’arrête de poser cette question ? »
Oui.
« Tu veux que je te dise que notre amour durera toujours, comme dans les films ? »
Même si c’est illusoire, oui, je veux que tu me garantisses que notre amour est certain, qu’il durera. Toujours.
« C’est impossible ! Je ne peux pas te le promettre, te le garantir, tu le sais bien ! »
Alors, au doute, je préfère la certitude de notre rupture.

Alors, certains demanderont pourquoi un tel texte alors que je suis en plein "Love, love me doux". 
Je pense pour essayer de maîtriser ma peur de la rupture. Cela est-il efficace ? A priori oui !
Comme quoi, l'écriture aide !

dimanche 18 avril 2010

Nems aux crevettes

J'ai fait revenir un peu de crevettes, de l'échalotte, du blanc de poulet, un peu de surimi/crabe, de la carotte, des pousses de soja avec un peu de sauce soja.

Ensuite, j'ai ajouté 2 oeufs, un petit oignon nouveau, des vermicelles de soja.

Et roule roule roule dans des galettes de riz.
Un petit tour de poëlle et en route pour la dégustation !

Le diaporama :

samedi 3 avril 2010

Chat, chat et poisson

Sur le pont, un petit chat souriant ...


un autre "touche pas à mon "Sa""

Et, puisque demain c'est Pâques, un drôle de poisson sur un mur !

De quoi égayer nos yeux pendant le jogging !

J'imagine que les propriétaires des immeubles ne sont pas ravis ravis, mais le street art a du bon parfois !

Archives du blog