La rupture - concours de nouvelles

Il y a quelques semaines, j'ai participé à un concours de nouvelles dont le thème était "La rupture" en 1500 à 5000 signes.

Je n'ai pas gagné (sinon, vous en auriez entendu parler bien avant, vous pensez bien !), mais voici la nouvelle gagnante :
http://www.arte.tv/fr/mouvement-de-cinema/Les-Invincibles/3131864.html

J'avoue que je ne suis pas emballée par ce texte.
Et vous, qu'auriez-vous écrit ?

Voilà le texte de ma nouvelle :
Le premier samedi du mois - La rupture chronique

Comme chaque premier samedi du mois, elle me demanda « Veux-tu que l’on rompe ? »

Cela avait commencé comme un jeu entre nous, à notre troisième rendez-vous.
« Veux-tu que l’on rompe ?»
D’abord la surprise de cette question, puis, à ma réponse négative, son sourire et son « Moi non plus, alors, continuons ! »

Cette proposition mensuelle de rupture nous permettait de faire le point sur notre relation, nos sentiments, notre attachement mutuel.
Notre vie amoureuse était faite de rendez-vous amoureux, de voyages, de projets. Elle embellissait chaque saison.
Et sa proposition revenait chaque mois, tous les premiers samedis.
L’idée de pouvoir tout arrêter si le Cœur n’y était plus, voilà qui nous donnait une réelle liberté et nous stimulait.

Mais, au fil du temps, cette liberté est devenue effrayante.
Et si sa réponse était un jour positive ? Et si demain, elle me quittait ?
Le doute était là.

Il finit par prendre toute la place en moi, à occuper mon esprit jour et nuit. Je luttais contre cette invasion insidieuse en multipliant les occasions d’être ensemble. Carte d’abonnement « couple » à la piscine, cours d’histoire de l’art pour nous deux, je faisais tout pour renforcer les liens entre nous.

Malgré cela, je n’arrivais pas à me rassurer.

Ce samedi là, pour me libérer de cette perpétuelle remise en question de notre amour, pour me libérer de la peur d’être quitté, j’ai décidé de répondre « Oui ».

A son air triste, j’ai compris qu’elle avait pressenti cette réponse et que je la décevais.

« Pourquoi ? »
Parce que je n’en peux plus de cette question. Si elle était libératrice aux prémices de notre relation, elle est aujourd’hui source de trop d’incertitude.
« Tu veux que j’arrête de poser cette question ? »
Oui.
« Tu veux que je te dise que notre amour durera toujours, comme dans les films ? »
Même si c’est illusoire, oui, je veux que tu me garantisses que notre amour est certain, qu’il durera. Toujours.
« C’est impossible ! Je ne peux pas te le promettre, te le garantir, tu le sais bien ! »
Alors, au doute, je préfère la certitude de notre rupture.

Alors, certains demanderont pourquoi un tel texte alors que je suis en plein "Love, love me doux". 
Je pense pour essayer de maîtriser ma peur de la rupture. Cela est-il efficace ? A priori oui !
Comme quoi, l'écriture aide !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La photo du mois de mai 2017 - Lumière(s)

La photo du mois de novembre 2016 - Carré

La photo du mois d'octobre 2017 - Innovation