mardi 30 novembre 2010

Double-face

Il y a des jours où mon humeur saute. D'enjouée elle passe à maussade en quelques secondes.
Un coup je me trouve super, j'ai plein de projets et d'espoirs pour l'avenir, je suis contente de ce que j'ai et de ce que je fais.
Un instant plus tard, c'est le désespoir total : je suis nulle, je n'arrive à rien sauf à des choses médiocres et mon avenir est incertain avec une tendance au pire.

Ces périodes sont bien difficiles à vivre. Heureusement qu'avec le temps j'arrive aujourd'hui à chasser ces idées noires. Je me force à voir la vie en rose : j'ai réussi ceci, je peux être fière de cela. Et ça marche ! Méthode Coué, tu as du bon !

Bref, à ce propos de "moral double face" m'est venue en tête l'image de Janus, l'homme avec une face qui rit et l'autre qui pleure. Je me suis dit que c'était bien moi !
Quelle ne fut ma surprise quand j'ai lu la fiche sur Wikipedia de découvrir que Janus est l'homme du passage.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Janus_(mythologie)
(merci Wiki pour cette photo)

Ces sautes d'humeur seraient-elles liées à des moments de passage ? Peut être que c'est cela : devant le changement, on a toujours un peu peur. La peur fait raisonner bêtement, elle rend la situation inconfortable. Et mon inconfort spirituel se change en "je suis nulle".

Je crois que ma technique d'auto-promotion vis à vis de moi (je suis mon public le plus exigeant) est la bonne et qu'elle m'aide à passer le seuil de ces portes et d'aller vers l'avenir.

Signé : Cricriyom from Paris, en mode positif aujourd'hui !

PS : quand à "double-face" himself, petit clin d'oeil à cet anti-héros obsessif compulsif qui finit par sombrer du côté obscur ...

lundi 15 novembre 2010

mercredi 10 novembre 2010

"Double fault" Lionel Shriver


Je viens de finir ce livre, commencé la semaine dernière.
Il vient de paraître en français ("Double faute").

Je suis contrariée.

Ce livre m'a vraiment énervée : l'héroïne n'est qu'une grosse nulle !
Elle perd tout parce qu'elle ne sait pas lâcher prise ni changer.

Dans les pages de commentaires, Lionel Shriver écrit que ce livre traite de l'échec. Elle s'étonne que peu de livres portent sur ce thème alors que beaucoup d'entre nous doivent vivre avec.
Tu m'étonnes !!!
C'est trop rageant, trop frustrant, trop énervant ! Depuis quand les héros des livres peuvent se permettre d'échouer ? De rater leur vie dans les grandes largeurs ? Etre un monstre d'égoïsme au point que vous devez quitter l'être aimé car ce qui vous plait est qu'il soit triste ?

J'ai donc beaucoup aimé ce livre !
Il est rare qu'un livre provoque autant de réactions, même si elles sont négatives.

Je vous en conseille donc la lecture ...

Archives du blog